Conseil
Autre. .

barre-colore

 

Elaboration du Cadre de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) du secteur de l’Energie

Pays : Mauritanie.
Client : PARSEAE - Projet d'Appui à la Réforme des Secteurs de l'Eau, de l'Assainissement et de l'Energie .
Date de démarrage : 2003
Date d'accomplissement : 2003
Montant des services : 37 280€
Financeur : Banque Mondiale
Entreprise associée :
   ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Descriptif du projet Le consultant a eu pour tâche de paramétrer l’ensemble des dépenses publiques dans le secteur de l’énergie en Mauritanie, pour les années 2004, 2005 et 2006.
Pour déboucher sur une meilleure efficacité de l’action publique, ce travail devait répondre à un ensemble de critères : de consultation de tous les acteurs concernés, de mise en évidence des mécanismes de développement du secteur et de prise en compte des objectifs de lutte contre la pauvreté, de rationalisation des dépenses, de visibilité des séquences d’investissement et de la répartition des charges induites.
Les acteurs réunis en groupe thématique pour la supervision de la préparation du CDMT énergie étaient : la direction de l’Electricité (coordonnateur), la direction des hydrocarbures, la direction administrative du MHE, la cellule nationale OMVS, le PARSEAE, la cellule nationale de maîtrise de l’énergie, l’agence d’accès universel, l’agence d’électrification rurale, la SOMELEC, le centre mauritanien d’analyse des politiques.
   ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Descriptif des tâches accomplies par IED La première étape a eu pour objet de faire ressortir une vision stratégique pour le développement du secteur :
* en analysant le système énergétique national, avec un accent particulier sur la demande sociale d’électricité et sur un développement conséquent du marché de l’électricité,
* en dégageant les corrélations avec le cadre stratégique de lutte contre la pauvreté,
* en procédant à un examen du dispositif institutionnel actuel,
* en analysant la dépense publique au cours des années 1997 à 2002.
De cette analyse le consultant a fait ressortir un plan d’action :
* pour le sous-secteur des Hydrocarbures,
* pour le sous-secteur de l’Electricité,
* pour la rationalisation du bilan énergétique national.
Chacun des trois plans d’action a servi de substrat à l’élaboration d’un budget-programme 2004-2006, après avoir prescrit des règles de budgétisation et franchi des étapes de mise en cohérence des investissements proposés par les différents acteurs.
Le tableau de synthèse fait ressortir un besoin d’investissement global de 42 milliards UM qui appelle un ensemble de mesures de surveillance et de maîtrise des coûts et qui constitue également un signal sur le potentiel d’économies à tirer de la maîtrise de l’énergie.
Les dépenses de structures d’encadrement du secteur n'excédent pas 0,9 milliard UM.
Le consultant a également émis des préconisations pour le suivi périodique et l’actualisation du CDMT de l’énergie.