Atelier régional de validation de l'étude de faisabilité et d'installation de centrales solaires dans l'espace UEMOA

Les 23, 24 et 25 juillet 2014 s'est tenu à Dakar (Sénégal), à l'initiative de la Commission de l'UEMOA, l'atelier régional de validation de l'étude de faisabilité et d'installation de centrales solaires dans l'espace UEMOA. Le Groupement IED (France)/SEMIS (Sénégal) a présenté les conclusions de l'étude, qui visait notamment à identifier des sites favorables au développement de centrales solaires, tant par le potentiel d’ensoleillement, que par leur proximité avec le réseau de transport d’électricité et leur dispersion géographique.

La simulation de l'impact de l'introduction du PV dans le mix énergétique du système interconnecté du WAPP a montré que dès maintenant une capacité de 574 MWc peut être placé dans le réseau interconnecté. Elle a aussi montré qu'à l'horizon 2025, cette capacité sera de 1200 MWc. Pour amorcer cette dynamique, il a été effectué une étude d'optimisation économique de l'injection d'énergie PV sur les mix énergétiques nationaux. Il en ressort une priorisation des pays dans lesquels devront être installées les premières centrales: Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal, Togo-Bénin.

Le Groupement a ensuite analysé techniquement et financièrement chacun des sites proposés par les Etats concernés en vue d'évaluer leur impact sur le mix énergétique de chaque pays, leur rentabilité pour le pays puis pour l'investisseur éventuel. L'UEMOA entend désormais approcher les bailleurs de fonds et partenaires privés pour traduire cette étude en des réalisations concrètes et réaliser les premières centrales.

Atelier de formation SIG à Sao Tomé et Principe

AtelierUn atelier de formation à destination des membres du PEAC a été réalisé à Sao Tomé du 28 Juillet au 1 août 2014 à l'hôtel Praia. L'objectif de cette formation a été de former les representants des états et sociétes membres du PEAC à l'utilisation et la mise à jour du nouveau système d'information géographique intégré du PEAC développé par IED. Plus de 30 personnes issues des 10 pays se sont ainsi réunis pour découvrir cette nouvelle plateforme collaborative et interactive qui présente les informations énergétiques sous forme graphique et cartographique (avec l'aide d'un Système d'Information Géographique - SIG) pour l'ensemble de la zone PEAC. A noter la présence du Secrétaire Permanent du PEAC Monsieur Jean-Chrysostome MEKONDONGO tout au long de la semaine pour cette première visite historique du Secrétariat Permanent du PEAC dans le pays  ainsi que la participation de son Excellence Monsieur Fernando Maquengo de Freitas, Ministre des Travaux Publics, des Infrastructures, des Ressources Naturelles et de l’Environnement et du Directeur Général de L’EMAE Monsieur José Maria A. De BARROS lors de la remise des diplômes.

SantoAmaroL'excellente coopération d'EMAE lors de l'atelier a aussi permis l'organisation d'une visite de la centrale thermique de Santo Amaro (8,5 MW) durant la semaine de formation.

Atelier national sur l'électrification en Tanzanie

 Financé par le gouvernement norvégien (NORAD), le Prospectus du programme national d'électrification  a été presenté par IED le 19 juin 2014 à Dar Es Salaam à l'hôtel Blue Pearl durant un atelier organisé en collaboration avec l'Agence de l'Energie Rurale (REA).Workshop

Les objectifs du document achevé après 2 ans d'études, étaient de fournir un programme d'électrification en Tanzanie (réseau et hors réseau) en délivrant une base pour coordonner les investissements futurs et en évaluant les besoins de renforcement de capacités des institutions nationales (Gouvernement, bailleurs, secteur privé) jusqu'en 2022. Une approche  geospatiale à travers le logiciel GEOSIM a permis d'évaluer les besoins en investissmements pour la partie extension du réseau . Le PROSPECTUS identifie aussi les mesures d'implementation requises, indiquant les coûts du programme d'électrification proposé au regard de la capacité financière du pays.

 

Electrification totale de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2025

Le bureau d’études IED a été retenu à l’issue d’un Appel d’Offres pour l’élaboration du Plan Directeur de l’Electrification Rurale en Côte d’Ivoire L’électrification rurale constitue l’un des axes majeurs de la politique économique et sociale du Gouvernement ivoirien. A cet égard, ce sous-secteur a bénéficié d’un soutien historique constant de la part des pouvoirs publics. Grâce à d’importants programmes engagés par l’Etat, la Côte d’Ivoire comptait 2847 localités électrifiées à fin 2011, contre seulement 14 en 1960. Au plan national, le taux de couverture (Nombre de localités électrifiées/ Nombre total de localités) avoisine actuellement 33,4% tandis que le taux d’accès à l’électricité (Population vivant dans des localités électrifiées/ Population totale) est d’environ 74,1%. Malgré ces résultats encourageants, l’objectif d’une électrification totale du pays est loin d’être atteint. Sur les 8513 localités que compte la Côte d’Ivoire, il reste encore 5666 localités non électrifiées. Le Gouvernement actuel fait de l’électrification rurale une composante forte de son programme de développement, et entend ainsi, sur la base d’un Programme d’Electrification Rurale, poursuivre et amplifier, à raison d’un minimum de 500 localités nouvellement électrifiées chaque année, les résultats obtenus, afin d’atteindre l’objectif de l’électrification totale de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2025. Cette généralisation de l’électrification a pour finalité de: • L’amélioration des conditions de vie en milieu rural grâce à la fourniture de l’électricité à tous, dans les meilleures conditions de coût et d’usage ; • Le désenclavement économiquement des zones rurales en rendant disponible dans les localités, l’une des sources d’énergie de base indispensable à un développement économique durable ; • La lutte contre la pauvreté en donnant aux populations rurales des moyens d’accroître leur revenu ; • La participation à la sauvegarde de l’environnement grâce à la préservation de la forêt, ceci, en accord avec les conventions internationales signées et ratifiées par la Côte d’Ivoire dans le domaine de l’environnement. L’étude devrait démarrer au plus tard au mois d’avril, et s’étalera sur une période calendaire de 10 mois, organisée en trois principales missions : (i) l’établissement du contexte actuel de l’électrification rurale en Côte d’Ivoire, (ii) l’élaboration du Plan Directeur d’Electrification Rurale à l’horizon 2025, et (iii) la définition de différentes actions d’accompagnement, comprenant notamment la formation des ingénieurs et économistes du Maître d’Ouvrage CI-ENERGIES (la Société des Energies de Côte d’Ivoire), et la livraison de l’outil GEOSIM® d’aide à la planification de l’électrification développé par IED.