Electrification totale de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2025

Le bureau d’études IED a été retenu à l’issue d’un Appel d’Offres pour l’élaboration du Plan Directeur de l’Electrification Rurale en Côte d’Ivoire L’électrification rurale constitue l’un des axes majeurs de la politique économique et sociale du Gouvernement ivoirien. A cet égard, ce sous-secteur a bénéficié d’un soutien historique constant de la part des pouvoirs publics. Grâce à d’importants programmes engagés par l’Etat, la Côte d’Ivoire comptait 2847 localités électrifiées à fin 2011, contre seulement 14 en 1960. Au plan national, le taux de couverture (Nombre de localités électrifiées/ Nombre total de localités) avoisine actuellement 33,4% tandis que le taux d’accès à l’électricité (Population vivant dans des localités électrifiées/ Population totale) est d’environ 74,1%. Malgré ces résultats encourageants, l’objectif d’une électrification totale du pays est loin d’être atteint. Sur les 8513 localités que compte la Côte d’Ivoire, il reste encore 5666 localités non électrifiées. Le Gouvernement actuel fait de l’électrification rurale une composante forte de son programme de développement, et entend ainsi, sur la base d’un Programme d’Electrification Rurale, poursuivre et amplifier, à raison d’un minimum de 500 localités nouvellement électrifiées chaque année, les résultats obtenus, afin d’atteindre l’objectif de l’électrification totale de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2025. Cette généralisation de l’électrification a pour finalité de: • L’amélioration des conditions de vie en milieu rural grâce à la fourniture de l’électricité à tous, dans les meilleures conditions de coût et d’usage ; • Le désenclavement économiquement des zones rurales en rendant disponible dans les localités, l’une des sources d’énergie de base indispensable à un développement économique durable ; • La lutte contre la pauvreté en donnant aux populations rurales des moyens d’accroître leur revenu ; • La participation à la sauvegarde de l’environnement grâce à la préservation de la forêt, ceci, en accord avec les conventions internationales signées et ratifiées par la Côte d’Ivoire dans le domaine de l’environnement. L’étude devrait démarrer au plus tard au mois d’avril, et s’étalera sur une période calendaire de 10 mois, organisée en trois principales missions : (i) l’établissement du contexte actuel de l’électrification rurale en Côte d’Ivoire, (ii) l’élaboration du Plan Directeur d’Electrification Rurale à l’horizon 2025, et (iii) la définition de différentes actions d’accompagnement, comprenant notamment la formation des ingénieurs et économistes du Maître d’Ouvrage CI-ENERGIES (la Société des Energies de Côte d’Ivoire), et la livraison de l’outil GEOSIM® d’aide à la planification de l’électrification développé par IED.

Présentation du rapport sur les mini-réseaux à DFID

IED a présenté le 8 novembre à Londres un rapport préparé pour le compte de DFID (coopération anglaise), intitulé « Identifying the gaps and building the evidence base on low carbon mini-grids ».


Ce rapport couvre une revue des (quelques) installations existantes et une analyse économique des potentiels.
Les chapitres suivants révèlent la grande difficulté à faire émerger une rentabilité financière pour le secteur privé qui nécessite donc un soutien politique et financier très important du secteur public.
On y trouve également des recommandations opérationnelles et de « business model ».

Vous pouvez télécharger le rapport en deux volumes et les trois documents de présentation (en anglais) dans la rubrique Publications

solar

Etudes solaires en UEMOA

IED élabore pour le compte de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine) un plan de développement de l’énergie solaire dans le cadre de l’Initiative Régionale pour l’Energie Durable (IRED).

L’objectif, en termes d’électricité d’origine renouvelable dans la zone est de 82% à l’horizon 2030.

Ceci suppose l’élaboration d’un plan de développement de l’énergie solaire à long terme.

Afin d’atteindre cet objectif, il est nécessaire de réaliser un état des institutions et organisations existantes dans chaque pays de la zone et des atouts des pays de l’UEMOA en matière de ressources humaines dans ce secteur, et enfin d’identifier les sites (ressource locale, proximité du réseau) et technologies les mieux adaptés.

centrales sol

IED a été chargé d’établir ce bilan, et de préparer la mise-en-œuvre de projets pilotes dans la zone (études technico-économiques, avant projets techniques détaillés, schémas de financement, dossiers d’appel d’offres types).

Pour ce faire, un rapport a été rédigé, présentant les besoins économiques et financiers du projet, ainsi que ses impacts socio-environnementaux, notamment en matière de rejets de CO2.

Le projet a démarré en mars 2013 pour un achèvement prévu en fin d’année.

IED y a apporté son expertise en matière d’énergie solaire, mais également sa bonne connaissance de la zone, appuyée par un expert résident au Burkina Faso.

Septembre 2013 : Réunion OFID-GIZ à Vienne

Anjali SHANKER participait le 09 septembre à une réunion OFID-GIZ (OPEC Fund for International Development & Deutsche Gesellchaft für Interzionale Zusammenarbeit) en tant que membre du bureau de l'ARE (Alliance pour l'Electrification Rurale). Cette réunion portait sur l'accès aux services énergétiques modernes pour les zones rurales ou difficiles d'accès, ainsi que les populations les plus démunies.

Ci-dessous le programme de la réunion (en anglais)OFID 2013 AGENDA-1 Page 1

OFID 2013 AGENDA-1 Page 2