Mission en Namibie : premier point sur les avancées du projet

En juillet 2019, IED a débuté un projet financé par la Banque Mondiale et qui vis20191120 105827e à réaliser une planification d'électrification géospatiale à moindre coût en Namibie. L’élaboration de cette stratégie nationale permettra d’appuyer le Ministère des Mines et de l’Energie Namibien dans sa politique de développement de l'électrification en milieu rural.

Mi-novembre, une partie de l’équipe d’IED s’est rendue au ministère à Windhoek afin de présenter le rapport du lancement du projet aux différentes parties prenantes. Cela a permis ensuite de valider avec elles l’approche de l’analyse. Une demie journée a également été consacrée à former les acteurs locaux de l’énergie aux Systèmes d’Informations Géographiques (SIG).

Enfin, la mission des membres d’IED s’est terminée par une visite de sites ruraux et périurbains dans le Nord du pays. Ils ont ainsi pu finaliser la collecte de données en recensant la disposition des villages et en identifiant les installations électriques déjà présentes.

Notre équipe retournera sur les lieux en mars 2020 pour présenter le plan du projet.

Affaire à suivre donc!

Développement du suivi-évaluation et étude d’impact au Kenya

Une partie de l’équipe d’IED s’est réunie au Kenya fin novembre 2019 afin de débuter le suivi du projet Green Mini Grid (GMG).  Appelé IMEP (Internal Monitoring & Evaluation Program), cette activité permettra de mesurer le résultat et l’impact de l’installation de mini réseaux renouvelables au Kenya.

Le suivi se déroulera en 2 phases :IMG 27801IMG 27821

 

  • Décembre 2019 : Etat des lieux de la situation initiale par une enquête menée auprès d’un échantillon de la population
  • Juillet 2020 : Etude d’impact grâce à une deuxième enquête sur le même échantillon qui permettra de procéder à une comparaison avec la situation initiale

La semaine de lancement a d’abord permis de regrouper nos équipes françaises et kenyanes afin de définir les différents indicateurs pertinents pour l’étude. L’IMEP a ensuite été exposé aux parties prenantes. Enfin, la semaine s’est soldée par un renforcement de capacité avec les enquêteurs pour qu’ils se familiarisent avec les indicateurs définis et qu’ils conjuguent leurs méthodes de travail avec l’équipe d’IED, notamment dans l’utilisation des tablettes tactiles utilisées pour les enquêtes.

Le bénéfice du programme IMEP est double : en plus d’analyser les impacts du projet GMG, il permettra aussi de capitaliser les bonnes pratiques pour de futurs programmes au Kenya!

IED adhère à l’Institut Smart Grids

IED est désormais partenaire de l’Institut Smart Grids depuis octobre 2019.Logo Institut Smart Grid

Cet institut fédère différents acteurs de la région Auvergne-Rhône Alpes en matière de réseaux intelligents ou Smart Grids. Référence en matière d’offre de formation, il favorise l’innovation et le développement industriel par l’accompagnement et le regroupement d’expertises pour la réalisation de projets énergétiques.

Les pays d’Asie et d’Afrique dans lesquels intervient IED font face à des défis majeurs pour le développement de leurs réseaux électriques. Ils sont divers et portent aussi bien sur le déploiement, le renforcement et l’amélioration des réseaux de transport et de distribution, que sur l’accès à l’électricité via le développement de Mini-Grids. Pour répondre aux besoins certains d’infrastructures énergétiques de ces pays tout en favorisant le développement des énergies renouvelables, les solutions Smart Grids sont incontournables.

Les avantages liés à l’adhésion d’IED à l’Institut Smart Grids sont multiples. En effet IED a désormais accès au réseau des partenaires de l’institut, ce qui permet de partager les expériences et expertises de chacun et de rester au fait des technologies et solutions adaptées aux différents contextes. L’accès à cette structure collaborative est également une aubaine pour faciliter les échanges entre professionnels du secteur sur des futurs projets internationaux. Enfin, IED pourra profiter de formations adaptées à ses besoins pour former ses équipes et/ou partenaires internationaux.

Pour plus d’informations sur l’Institut Smart Grids à http://institutsmartgrids.com/

Fin du cycle de formation "Système d'Information Géographique" (SIG) au Bénin

En 2019, dans le cadre du projet Off-Grid financé par le Millenium Challenge américain, IED a formé douze cadres béninois du secteurs de l’électricité à l'utilisation de Manifold, un logiciel permettant de stocker et de traiter des données géo-reférencées.20190919 110233
Les participants ont suivi quatre sessions d'une semaine chacune,
dans les bureaux d'IED au Bénin, à Cotonou. La dernière session a eu lieu en Octobre dernier (photo ci-contre).
Au cours d'exercices de difficulté progressive, ils ont pris en main les différentes fonctions du logiciel :
- L'import de données depuis de multiple sources (GPS, tableur, autres format SIG) ;
- La numérisation de données, depuis des cartes papier ou des vues satellitaires ;
- L'édition et la mise en page de cartes ;
- Les fonctions d'analyse spatiale qui permettent par exemple de calculer automatiquement des distances entre les différents éléments d'une carte.

IED a également accompagné les participants à l'établissement de procédures pour l'actualisation de la base de données SIG.
Ce transfert de compétences permettra aux institutions d'optimiser la gestion, l'analyse et le partage des données du secteur électrique béninois de manière harmonisée via un logiciel maîtrisé par tous, et de leur permettre de gagner en efficacité pour relever le défi de l'électrification du Bénin.

Lancement du projet NES en OUganda

28/10/2019 - IED est heureux d’annoncer le lancement officiel de ses travaux d’élaboration d’une stratégie nationale d’électrification pour le compte du gouvernement de l’Ouganda.2019 Ouganda Réunion lancement NES

Afin d’améliorer l’offre électrique, la Banque Mondiale soutient financièrement le Ministère de l’énergie Ougandais dans sa politique de renforcement du réseau d’électrification du pays. Pendant sept mois, IED aura pour rôle d’appuyer cette démarche en déterminant une approche nationale dans une optique de durabilité.

Dans ce cadre, un atelier de démarrage du projet s’est tenu à Kampala mi-octobre en présence des parties prenantes. Cette première rencontre a permis notamment de collecter les données existantes du secteur sur les aspects tant techniques, que socio-économiques et institutionnels.

Ces éléments permettront à notre équipe de concevoir un cadre global de planification visant à optimiser les infrastructures de l’Ouganda et les services électriques liés, ainsi qu’une méthode de suivi et évaluation de l’atteinte des objectifs et des résultats obtenus.

Ce projet contribuera certainement à améliorer le taux national d’électrification au bénéfice des populations ougandaises.

Rendez-vous en avril 2020 pour le rapport final de l’étude menée !