Etude
Electrification rurale. .

barre-colore

 

Montage du Programme d’urgence d’électrification rurale du bassin du fleuve Sénégal

Pays : Mali. Mauritanie. Sénégal
Client : OMVS .
Date de démarrage : 2004
Date d'accomplissement : 2004
Montant des services : 25 325€
Financeur : Banque Mondiale
Entreprise associée :
   ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Descriptif du projet La mission de montage du programme d’urgence d’électrification rurale du bassin du fleuve Sénégal avait pour objectifs :
* sélectionner 30 villages à électrifier (soit 10 dans chaque Etat membre), en se basant sur les propositions des Etats Membres et en respectant les critères de priorité de l’étude EFER,
* apprêter un rapport de définition du projet, d’organisation de sa réalisation dans des délais optimisés, et de cadrage financier.
Le travail a débuté par une mission circulaire au Mali, en Mauritanie et au Sénégal, au cours de laquelle le consultant a visité l’ensemble des sites proposés par chaque Etat membre.
Dans chaque pays, le consultant a analysé quelle pouvait être la solution économique d’électrification des sites, dans une optique d’aménagement du territoire, et suivant les logiques technico-économiques de développement des systèmes électriques développées dans l’étude EFER (étude animée deux ans auparavant par IED et entérinée par l’OMVS).
L’ensemble des villages sont à interconnecter à travers des lignes MT, nécessitant dans certains cas des équipements complémentaires dans les postes source. Suivant la stratégie développée, les infrastructures préconisées auront un impact à l’échelle de l’électrification nationale, dépassant largement la seule desserte des villages proposés.
.
   ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Descriptif des tâches accomplies par IED Dans chaque pays, le consultant a établi les prescriptions de types d’équipements et dressé un quantitatif et un estimatif sur base de coûts cibles.
Un mode d’organisation de l’investissement a été décrit pour permettre d’équilibrer les budgets à 1,5 milliard FCFA par Etat membre.
Le consultant a ensuite dégagé une organisation spécifique permettant à l’OMVS d’imprimer une dynamique à ces investissements, et d’en réduire de coût, au plus grand bénéfice des Etats membres