Renforcement de capacité
Efficacité énergétique. .

barre-colore

 

Organisation d'un atelier international sur le thème : "Efficacité énergétique, Partenariat Public-Privé et Développement durable des zones industrielles "

Pays : Maroc.
Client : Banque Mondiale .
Date de démarrage : 2005
Date d'accomplissement : 2005
Montant des services : ESMAP : 58.070 USD MAE : 34.306 €
Financeur : Banque Mondiale - Etat français (Ministère des Affaires Etrangères)
Entreprise associée :
   ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Descriptif du projet La Zone Industrielle de Sidi Bernoussi Zenata de Casablanca (ZISB) est l’une des plus anciennes aires de développement d’activités manufacturières et industrielles au Maroc. Près de 750 entreprises sont installées sur environ 400 ha et génèrent un chiffre d’affaires annuel de plus de 2 milliards de Dirhams. Avec le temps, cette aire s’est progressivement structurée en zone industrielle. Son développement est fortement marqué par les conditions de sa genèse : dysfonctionnement croissant – quand ils existent – des réseaux, existence d’un habitat précaire à la périphérie qui limite l’extension des entreprises.
Ces contraintes affectent le développement des entreprises et leur compétitivité alors même qu’elles ambitionnent de se mettre aux normes environnementales internationales (ISO 14000) en vue de lever les barrières d’accès aux marchés des pays industrialisés, entre autres ceux de l’UE dans le cadre des accords d’association. Les industriels de la ZI, organisés au sein de l’association IZDIHAR, savent d’expérience que la modernisation des infrastructures et la rationalisation de l’organisation foncière dépend de leur capacité d’initiative et de financement, avec l’accord et le soutien des pouvoirs publics.
L’association IZDIHAR des opérateurs économiques de la zone industrielle de Sidi Bernoussi-Zenata à Casablanca s’est engagée dans un processus de mise à niveau depuis 1999, en réalisant avec le concours du programme ESMAP et sur cofinancement du Ministère français des Affaires Etrangères et de l’ADEME, une étude de cadrage en vue de définir la mise en œuvre d’un projet d’amélioration des performances énergétiques et environnementales des entreprises industrielles de la zone.
L’étude de cadrage a été suivie d’une demande de subvention par IZDIHAR au FFEM et au GEF pour passer à une étape de réalisation à l’échelle de la zone industrielle, sur une période de 3 ans (2003-2006) et portant sur trois volets :
* La mise à niveau sur le plan énergétique, d’au moins 70 entreprises industrielles de la zone,
* La mise à niveau environnementale et sociale de la zone,
* L’émergence d’une structure de gouvernance de la zone industrielle.
Outre les aspects techniques et les impacts positifs directs pour les entreprises elles-mêmes, le projet souhaite répondre aux principales préoccupations de l’association IZDIHAR qui se situent à la fois sur le plan social (résorption de l’habitat insalubre, gestion de la sécurité, alphabétisation des ouvriers, etc.) et sur le plan environnemental (amélioration des infrastructures, transport, gestion des déchets, etc.), tout en renforçant ses propres capacités d’intermédiation entre les opérateurs économiques, les organisations institutionnelles et les pouvoirs publics.
   ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Descriptif des tâches accomplies par IED S’inspirant de cette démarche exemplaire de développement durable, un atelier international d’échanges associant des acteurs de zones industrielles marocaines, du pourtour sud de la méditerranée, d’Afrique subsaharienne et d’Asie a été organisé à Casablanca les 13 et 14 avril 2005.
L’Atelier a bénéficié d’un co-financement du Programme ESMAP et de la Banque Mondiale, qui couvre : la préparation du concept et du programme de l’atelier, l’identification des participants, la préparation des présentations, la coordination de l’organisation, l’appui logistique sur place, la location de la salle, les pauses café et déjeuner, la traduction simultanée, la préparation des conclusions.
La contribution du MAE a permis de couvrir la prise en charge des frais de déplacement et de séjour des participants internationaux (Algérie, Cameroun, Egypte, Etats-Unis, France, Liban, Malaisie, Maroc, Tunisie et Sénégal), ainsi que des participants marocains résidant en dehors de Casablanca.