Myanmar : Développement de mini-réseaux

IED conduit une Étude de faisabilité pour la mise en place d’un prêt souverain et d’un programme d’assistance technique et de renforcement des capacités pour soutenir le développement de mini-réseaux dans les zones rurales du Myanmar

IED s’est associé à GERES pour conduire une Étude de faisabilité pour la mise en place d’un prêt souverain et d’un programme d’assistance technique et de renforcement des capacités pour soutenir le développement de mini-réseaux dans les zones rurales du Myanmar.

IMG 1136Le Myanmar a adopté les Objectifs de développement durable (ODD ou agenda 2030) qui, entre autres, exigent que le pays fasse des efforts pour fournir un accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour ses citoyens d’ici 2030. Il est également signataire de l’Accord de Paris sur le climat qui vise à lutter contre le changement climatique et à intensifier les actions et les investissements nécessaires pour un avenir durable à faible émission de carbone. Le pays compte actuellement environ 42 % de la population (soit environ 22 millions de personnes) raccordée au réseau électrique principal. Parmi les ménages hors réseau, 4 millions n’ont aucun accès à l’électricité et utilisent le kérosène, le pétrole et les combustibles solides comme sources d’énergie pour l’éclairage, la cuisine et d’autres utilisations domestiques. Selon le rapport-cadre multi-niveaux 2017 de la Banque mondiale, plus de la moitié des États/régions du Myanmar sont inférieurs au taux moyen d’extension du réseau.

Pour accroître l’accès à une électricité fiable, le gouvernement a formulé en 2015 une feuille de route ambitieuse visant à augmenter le taux d’électrification pour atteindre 100 % d’ici 2030. Ce Plan national d’électrification (PNE), soutenu par un financement important de la Banque mondiale (400 millions de dollars) définit les objectifs intermédiaires d’accès à 47 % d’ici 2020 et à 76 % d’ici 2025.

L'AFD ayant souligné le rôle central des mini-réseaux en tant que moyens pour fournir des solutions d’électricité distribuée aux zones hors réseau pendant que l’expansion du réseau principal progresse, cette étude est née d’une demande de la DRD à l’AFD et à l’Union européenne (UE) pour concevoir un projet visant à accroître l’accès à l’énergie en facilitant l’accès au financement pour les développeurs de mini-réseaux via le secteur bancaire local.

Du 13 au 25 janvier 2020, une visite dans le pays a été organisée au cours de laquelle des entretiens ont eu lieu avec diverses parties prenantes. Parmi ceux-ci figuraient l’AFD, GiZ, la JICA, drD, Smart Power Myanmar et diverses institutions financières commerciales. En outre, une table ronde avec les développeurs de mini-réseaux a été organisée pour en apprendre davantage sur les antécédents et les performances des entreprises individuelles, leur expérience avec le système de subventions de la Banque Mondiale et de DRD ainsi que les défis rencontrés sur le marché. Des réunions bilatérales de suivi ont été organisées dans les jours qui ont suivi l’événement.IMG 1152

L’équipe a également visité un certain nombre de sites de mini-réseaux pour valider certaines des hypothèses concernant la mise en place et l’exploitation de mini-réseaux dans le pays. L’une des visites du site a été aimablement hébergée par GiZ et a eu lieu dans l’État de Bago, près de Sin Za Loke. D’autres visites (à la fois à la BM/ DRD soutenu et WB / DRD sites non soutenus) ont été faites sur les sites situés à West Bago (Tat Thit Kyun, Mega Global Green Automation, solaire-diesel, 101 kWp), South Shan (petit site hydroélectrique informel) et Mandalay (Dee Doke, Mandalay Yoma, solaire-diesel, 55 kWp). L’équipe sur le terrain a profité de l’occasion pour évaluer le modèle opérationnel des sites, les modèles de charge et le potentiel d’utilisation productive des appareils et de l’équipement. Au cours de ces visites, l’équipe a également tenu des entrevues avec les membres du VEC et le personnel local de la DDR.

Une deuxième mission est prévue à la fin du mois de mars. La réalisation du projet est prévue pour la fin du mois d’avril.

IMG 1142

DES SESSIONS DE FORMATION POUR LE SECTEUR ELECTRIQUE, LE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES ET L'ELECTRIFICATION RURALE

IED vous souhaite une très bonne année 2020 !

IED propose des sessions de formations et de renforcement de capacités intégrées aux projets ou organisées de façon indépendante, ciblant les différents acteurs sectoriels : Ministères de l'énergie, Agences d'électrification rurale, Sociétés nationales d'électricité, Bureaux d'études, Ecoles d'ingénieurs, Consultants indépendants, Opérateurs de systèmes électriques.

Nos équipes de formateurs, issues du milieu professionnel en tant que consultants et ingénieurs, se focalisent sur le transfert opérationnel de compétences acquises en situation pédagogique et pratique. Conçus sur la base de l'expérience concrète des intervenants, les cursus proposés par IED sont complets et progressifs, apportant aux participants une parfaite autonomie sur les thématiques ciblées. Les formations peuvent être dispensées soit au siège de Lyon à Francheville, soit dans nos bureaux de projets et filiales (Cotonou, Bénin...), soit directement dans vos locaux.

N'hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations.

Le Niger : un pays où IED contribue au développement

Malgré l’insécurité qui prévaut au Niger, IED continue de contribuer au développement du pays. Ainsi, en novembre 2019, IED a démarré une étude d’électrification rurale de 7 mois. Celle-ci permet de renforcer la présence importante de la société dans le pays puisqu’elle constitue le troisième projet en cours porté par IED au Niger.

Débuté en janvier, le premier porte sur le géo-référencement de plusieurs villes nigériennes, dont le but est d’améliorer la gestion des réseaux de distribution et la qualité de service de la Société Nigérienne d´Électricité. Quatre mois plus tard, IED a démarré un nouveau projet d’hybridation solaire de centrales thermiques préexistantes. Celui-ci vise à améliorer la qualité du service d’électricité et à accroitre son accès pour les ménages et entreprises isolés du réseau tout en diminuant la consommation de diesel.

Enfin, en cette fin d’année, IED a été missionné par l’AFD et le G5 Sahel pour réaliser une étude d’Avant-Projet Sommaire qui permettra d’augmenter l’accès aux services énergétiques modernes dans 250 villages situés en zones très insécurisées.

Ces trois projets contribuent à renforcer la dynamique de développement au Sahel, permettant ainsi de lutter contre l’insécurité grandissante dans cette région.  

Mission en Namibie : premier point sur les avancées du projet

En juillet 2019, IED a débuté un projet financé par la Banque Mondiale et qui vis20191120 105827e à réaliser une planification d'électrification géospatiale à moindre coût en Namibie. L’élaboration de cette stratégie nationale permettra d’appuyer le Ministère des Mines et de l’Energie Namibien dans sa politique de développement de l'électrification en milieu rural.

Mi-novembre, une partie de l’équipe d’IED s’est rendue au ministère à Windhoek afin de présenter le rapport du lancement du projet aux différentes parties prenantes. Cela a permis ensuite de valider avec elles l’approche de l’analyse. Une demie journée a également été consacrée à former les acteurs locaux de l’énergie aux Systèmes d’Informations Géographiques (SIG).

Enfin, la mission des membres d’IED s’est terminée par une visite de sites ruraux et périurbains dans le Nord du pays. Ils ont ainsi pu finaliser la collecte de données en recensant la disposition des villages et en identifiant les installations électriques déjà présentes.

Notre équipe retournera sur les lieux en mars 2020 pour présenter le plan du projet.

Affaire à suivre donc!

Développement du suivi-évaluation et étude d’impact au Kenya

Une partie de l’équipe d’IED s’est réunie au Kenya fin novembre 2019 afin de débuter le suivi du projet Green Mini Grid (GMG).  Appelé IMEP (Internal Monitoring & Evaluation Program), cette activité permettra de mesurer le résultat et l’impact de l’installation de mini réseaux renouvelables au Kenya.

Le suivi se déroulera en 2 phases :IMG 27801IMG 27821

 

  • Décembre 2019 : Etat des lieux de la situation initiale par une enquête menée auprès d’un échantillon de la population
  • Juillet 2020 : Etude d’impact grâce à une deuxième enquête sur le même échantillon qui permettra de procéder à une comparaison avec la situation initiale

La semaine de lancement a d’abord permis de regrouper nos équipes françaises et kenyanes afin de définir les différents indicateurs pertinents pour l’étude. L’IMEP a ensuite été exposé aux parties prenantes. Enfin, la semaine s’est soldée par un renforcement de capacité avec les enquêteurs pour qu’ils se familiarisent avec les indicateurs définis et qu’ils conjuguent leurs méthodes de travail avec l’équipe d’IED, notamment dans l’utilisation des tablettes tactiles utilisées pour les enquêtes.

Le bénéfice du programme IMEP est double : en plus d’analyser les impacts du projet GMG, il permettra aussi de capitaliser les bonnes pratiques pour de futurs programmes au Kenya!